Skip to content

Notre savoir-faire

En matière de

reforestation

Le coeur de notre approche est de s’intéresser en premier lieu à la vie du sol, pour initier un cycle long de restauration de la biodiversité.

Le sol est un socle de vie, car c’est lui qui nourrit la forêt et assure son bon développement. Il est le foyer de plus de 80% de la biodiversité terrestre. Ainsi en restaurant l’activité biologique des sols, nous assurons aux plantes tout ce dont elles ont besoin pour leur croissance et nous ré-activons un cycle forestier.

Pour cela, nous sélectionnons des plantes locales qui ont la capacité naturelle de se développer sur des sols dégradés et de les rendre à terme fertiles.

Grâce à leur croissance rapide, ces espèces pionnières vont apporter de l’ombrage et recréer des conditions favorables à l’installation d’autres espèces forestières. Elles deviennent aussi une zone de refuge pour la faune qui participe activement à la régénération du cycle forestier, comme par exemple les oiseaux qui apportent des graines ou les insectes qui pollinisent les fleurs et ainsi permettre à la biodiversité de réapparaître.

La reforestation permet également de stabiliser les sols et de limiter leur érosion, de préserver la qualité des cours d’eau et de participer au stockage du carbone pour la réduction des gaz à effet de serre.

Evolution d'une plantation par Solicaz
Utilité des plantes de service
formation-fff
Formation FFF

En matière d'

inclusion sociale

Un programme de reforestation prétend à la durabilité s’il s’inscrit dans un paysage global, prenant en compte sa géographie, sa géologie, ses habitants, leur histoire, leurs traditions et leur culture. L’inclusion des communautés à l’élaboration des programmes de reforestation doit également participer à l’amélioration des besoins de santé, d’éducation, de sécurité telle que les Nations Unies les définissent dans le cadre des objectifs de développement durable. Cette approche ethnographique permet des actions ciblées comme fournir :

Vers la construction d’une chaîne traçable pour une

filière d’or responsable

La construction d’une chaîne traçable est la méthode incontournable pour la mise en œuvre d’une réelle filière d’or responsable.

Le processus de construction d’une chaîne traçable repose sur la transition, l’intégration de méthodes pour l’amélioration des pratiques et la mise en place de moyens de contrôle et de reporting.

Il est donc indispensable que chaque maillon de la chaîne soit conscient de son impact et de son engagement à contribuer à la création d’une filière d’or responsable.

Le minier qui produit et fournit l’or est responsable des impacts directs sur les conditions sociales et la détérioration de l’environnement. Il est le premier acteur pour le changement et l’amélioration des pratiques.

L’affineur est le maillon intermédiaire qui assure le lien entre le producteur et le joailler ou l’industriel. Il est l’incontournable acteur garantissant la transparence de la provenance de l’or.

Le joaillier ou l’industriel est le maillon qui achète l’or et, qui par son travail, lui donne sa valeur ajoutée. Il est le principal catalyseur qui doit motiver le minier à améliorer ces pratiques et contraindre l’affineur à commercer avec le minier responsable.

Enfin l’acheteur final, grâce à cette chaîne traçable et inaltérable, aura la garantie et la satisfaction d’offrir ou de s’offrir un objet dont la valeur sera d’autant plus gratifiante que l’or le composant sera responsable.

Mina Verde fournit les outils nécessaires et adaptés à chaque maillon de cette chaîne grâce à :

Logo Certi-chain
Chaine de l'or